Les pages littéraires de Sylvie Bérard

Science-fiction, littérature, écriture

Catégorie: Fiction

« Page décentrée »: Philosophie, métaphysique, théologie, et le reste est littérature

«Pour revenir au mème, disons-le franchement : l’image de la lampe de poche dont s’armerait le ou la scientifique ne tient pas la route. En fait, c’est tout le récit qui n’est pas cohérent. Que fabrique tous ces gens, scientifiques, philosophes ou autres, dans cette chambre noire? Illes cherchent un chat, mais pourquoi un chat précisément? Pourquoi pense-t-illes le trouver dans cette chambre en particulier? Pourquoi se contenter de chercher un chat alors qu’il y a peut-être mille et une autre merveilles dans la pièce, et pourquoi cette pièce en particulier quand il y a tout un univers à explorer? Et je ne parle même pas du fait que toute l’expérience se déroule dans une dark room/chambre noire : et si c’était une photo de chat qui se trouvait dans la pièce et si notre scientifique allait nous la gâcher avec l’éclairage de sa lampe de poche?»

Dans la livraison du 15 mai de ma «Page décentrée», je médite sur un mème et réfléchis à la science et à la créativité.

Le document original se trouve sur le site de l’association Pédagogie et pratiques canadiennes en création littéraire (PPCCL).

« Page décentrée »: Cette chronique fera relâche

«Cette chronique fera relâche ce mois-ci. Je n’ai pas le temps de l’écrire, je suis trop occupée à autre chose… respecter des dates d’échéance… rédiger des rapports… remplir des formulaires. Vivre ma vie d’adulte, loin de mon enfant créatrice. Le pire, c’est que ça ne me réussit pas.»

Dans la livraison du 15 avril de ma «Page décentrée», j’explique pourquoi je n’ai pas le temps d’écrire ma chronique de ce mois-ci.

Le document original se trouve sur le site de l’association Pédagogie et pratiques canadiennes en création littéraire (PPCCL).

« Page décentrée »: T’écrire

«J’espère qu’on me pardonnera ce thème plus personnel ce mois-ci, mais c’est que, entre ma précédente chronique et la présente, un de mes amis les plus chers est décédé subitement. Afin de trouver une certaine paix par rapport à sa mort et afin peut-être de retrouver un peu de lui, un de mes premiers réflexes a été de me mettre à la recherche de textes qu’il avait écrits et qui étaient disponibles en ligne.»

Dans la livraison du 15 mars de ma «Page décentrée», je parle de l’écriture de soi… de l’autre.

Le document original se trouve sur le site de l’association Pédagogie et pratiques canadiennes en création littéraire (PPCCL).

« Page décentrée »: Non-fiction créative

«Évidemment, il y a de la pudeur dans tout cela. Écrire de la non-fiction créative, c’est un peu comme prendre un égoportrait sous le meilleur angle possible et en jouant avec tous les filtres sophistiqués dont on dispose, non? C’est utiliser toute la technique dont on dispose pour laisser se développer son propre visage sur la pellicule-texte, non? Ou suis-je injuste? La caméra n’a pas toujours à être tournée vers soi. On peut se placer dans le monde en observateur·trice. Offrir à l’autre un angle de vue. On peut se faire tout petit·e. En fait, on n’a même pas à toujours être là, comme en témoigne l’existence de la non-fiction créative historique.»

Dans la livraison du 15 février de ma «Page décentrée», j’aborde la question de la non-fiction créative, peut-être mieux connue en anglais (creative non-fiction) qu’en français.

Le document original se trouve sur le site de l’association Pédagogie et pratiques canadiennes en création littéraire (PPCCL).

Comment faire taire la mort sur Bételgeuse

« Je blague. En fait, ce livre raconte l’histoire de deux jeunes androïdes noirs dont l’origine n’est jamais préciséeet qui vivent exilés sur une grande planète surpeuplée du milieu de la Voie lactée. Les deux androïdes passent une partie de leur temps libre, qu’ils ont abondant, dans les univers 3D, et lorsqu’ils ne vivent pas des aventures par procuration, ils essaient d’en concevoir eux-mêmes, ils en discutent et en théorisent. Surtout, ils se matérialisent dans tous les coins de la planète pour draguer les jolies extraterrestres locales et revenir dans leurs quartiers d’habitation pour discuter des relations mixtes entre les androïdes et les aliens. Ce roman est, plus que son titre irrévérencieux, voué à attirer sur lui le scandale. C’est un regard sarcastique sur l’héritage culturel, les rapports entre individus et les préjugés encore tenaces. » — Sylvie Bérard, Une sorte de nitescence langoureuse.