Les pages littéraires de Sylvie Bérard

Science-fiction, littérature, écriture

Catégorie: Autofiction

« Page décentrée »: Écritures de vacances

Coucher de soleil sur une page (photo retravaillée).

«L’écriture, dans tout cela, jouit chez moi d’un statut intermédiaire. D’un côté, c’est comme prendre des vacances du reste de mes tâches de professeure et de directrice de département. Soudain, j’ai la possibilité de plonger au cœur de moi-même et des mots. J’aborde tous les travaux d’écriture comme des actes créatifs, et écrire, habituellement, m’apporte du bonheur, mais l’écriture de poésie et de fiction occupe bien sûr une place à part. D’un autre côté, l’écriture est aussi un travail. On a beau avoir la plume facile et ne pas engendrer du texte dans la douleur, c’est quand même une technique tout en étant un art, et c’est une besogne exigeante.»

Dans la livraison du 15 juillet de ma «Page décentrée», je me décentre vers le bord de la piscine.

Le document original se trouve sur le site de l’association Pédagogie et pratiques canadiennes en création littéraire (PPCCL).

« Page décentrée »: Je me rapproche dangereusement de moi-même

«Longtemps, je n’ai pas été attirée par l’autofiction. Dans mes lectures, dans mon écriture. Je n’éprouvais pas une aversion particulière pour l’écriture de soi détournée en roman, mais c’est juste que mon attention semblait se diriger ailleurs, du côté de la création de mondes, de personnages qui n’avaient pas trop l’air d’être une projection de moi.
J’écrivais de la science-fiction, ce qui me permettait d’avoir l’air de me tenir loin de l’autobiographique ou de ne pas me faire poser de questions sur celui-ci. Si j’avais fait des romans se déroulant dans un semblant d’équivalent du même espace-temps que celui dans lequel j’évoluais, parions que les gens auraient pu être plus soupçonneux.»

Dans la livraison du 15 juin de ma «Page décentrée», je réfléchis à l’autofiction, la mienne et celle des autres.

Le document original se trouve sur le site de l’association Pédagogie et pratiques canadiennes en création littéraire (PPCCL).