Les pages littéraires de Sylvie Bérard

Science-fiction, littérature, écriture

Mois : juillet, 2018

Suppression

J’ai sauté le mois de juin parce que, au même moment, j’étais au Sommet canadien des écrivains, mais voici la livraison de juillet de ma chronique «La page décentrée». Ceux et celles qui ont eu l’occasion de dialoguer avec moi au cours des dernières semaines reconnaîtront quelques thèmes…

Sylvie Bérard-La page décentrée-Suppression.pdf

 

Le document original se trouve sur le site de l’association Pédagogie et pratiques canadiennes en création littéraire (PPCCL).

Parfois, je n’écris pas

Parfois, je m’amuse à dessiner. Vous l’avez vu dans ma série de janvier dernier. D’autres fois, je bidouille d’autres trucs. J’ai du mal à ne pas créer quelque chose…

Ces jours-ci, je m’offre un peu de repos par rapport à la recherche littéraire (j’ai travaillé pas mal fort cet hiver et ce printemps, lorsque je n’étais pas malade ou n’étais pas occupée à visiter mon père malade), et cela me fait le plus grand bien. Je me suis amusée à faire un petit clip qui est allé en rejoindre deux autres sur YouTube. Les voici tous les trois.

Ma mère, avant ma naissance:

Mon père, avant ma naissance:

Moi, deux années après ma naissance:

Le prix littéraire Trillium

J’ai été très occupée depuis la remise du prix Trillium au point où… j’ai oublié de vous annoncer que j’avais obtenu le prix Trillium! Eh oui, mon livre Oubliez a remporté le prix dans la catégorie de la poésie en français.

ypdmp-prix-trillium-sylvie-berard (1)

Le jury, composé de Daniel Castillo Durante, Aristote Kavungu et Michèle Matteau, a dit ceci de mon livre: «Une poésie bouleversante qui nous amène dans les replis de la mémoire : celle qui oublie, et celle qui voudrait se souvenir de chaque instant! La poésie de Sylvie Bérard est mature, articulée, ciblée, une poésie que ne s’enfle jamais de mots, navigue entre fiction et réalité avec finesse et une grande puissance évocatrice. Une poésie qui lève comme un pain odorant, s’élève comme un vent, nous émeut comme un souvenir, et donne un sens intemporel aux instants qui tissent la Vie. Et chacune de nos vies.» Je suis contente de voir qu’ils et elle ont capté mon intention.

Voici la liste complète des prix de cette année:

  • LAURÉATE | Prix littéraire Trillium (langue française)
    Aurélie Resch, Sous le soleil de midi | Éditions Prise de parole
  • LAURÉAT | Prix littéraire Trillium (langue anglaise)
    Kyo Maclear, Birds Art Life | Doubleday Canada
  • LAURÉATE | Prix de poésie Trillium (langue française)
    Sylvie Bérard, Oubliez | Éditions Prise de parole
  • LAURÉAT | Prix de poésie Trillium (langue anglaise)
    Pino Coluccio, Class Clown | Biblioasis

Vous trouverez un lien vers le communiqué de la SODIMO ici.

Et voici un petit extrait d’une entrevue que j’ai donnée juste avant la remise des prix: