Les pages littéraires de Sylvie Bérard

Science-fiction, littérature, écriture

Catégorie: Science-fiction

Ma plus récente nouvelle de sf

Le 17 septembre 2020, n‘était pas lancée (pour des raisons évidentes de covid19) l’anthologie Futurs (disponible en librairie), publiée sous la direction de Mathieu Villeneuve et à laquelle j’ai eu le plaisir de participer. Depuis, l’anthologie fait son petit bonhomme de chemin et reçoit en fait un accueil des plus réjouissants (les collectifs passent parfois inaperçus). L’ouvrage réunit dix nouvelles de science-fiction. Le projet est simple: « Futurs propose justement d’explorer ce que l’avenir, pluriel et changeant, nous réserve. » Les auteur·trice·s ont relevé le défi à leur manière personnelle, mais comme j’ai collaboré au livre, je vais me garder une petite réserve. Je ne le commenterai pas et vous laisserai le découvrir. Voici néanmoins ce qu’en disait une critique du 16 octobre:

Avec ses nombreuses nouvelles, Futurs est un livre qui se consomme avec modération (ou non). Considérant que les textes varient en longueur, le lectorat n’a pas l’opportunité de s’ennuyer. Les autrices et les auteurs du recueil ont réussi avec brio à composer des histoires qui, par leur étrange proximité avec la réalité, captivent complètement leur auditoire. Chacune des nouvelles, sans exception, est porteuse de questionnements qui méritent que l’on s’y attarde. Pour ce qui est de la qualité de l’écriture, les autrices et les auteurs, par leur diversité et par leur prouesse stylistique, ont réussi à tenir le lectorat en haleine jusqu’aux toutes dernières pages.

Laura Lafrance, Zone Campus

Et voici comment le livre était présenté dans Le Devoir du weekend dernier:

Paru chez Triptyque, dans la collection Satellite, Futurs permet à dix nouvellistes d’explorer ce que l’avenir nous réserve. Le directeur, Mathieu Villeneuve, rappelle que les auteurs de science-fiction affectionnent depuis longtemps la forme brève : « Cela s’explique peut-être par la grande liberté du genre. En quelques milliers de mots, il est possible de voyager dans le temps et dans l’espace, de remettre en question l’histoire et l’avenir, de désamorcer nos préjugés. La science-fiction n’est pas un genre mineur : c’est le genre de l’avenir ! Dans ce collectif, il y a une diversité de genres, d’orientations sexuelles, d’origines et de générations. J’ai aussi mêlé des auteurs connus à d’autres qui méritent de l’être davantage. » 

Christian Saint-Pierre, Le Devoir

Futurs faisait aussi partie des coups de cœur du 16 octobre des journalistes du Métro.

De quoi demain sera-t-il fait? Sous la direction du romancier québécois Mathieu Villeneuve, des autrices et auteurs nous proposent de répondre à cette question avec 10 nouvelles réunies dans le recueil Futurs. On navigue ainsi entre différentes visions de l’avenir, racontées par le prisme de la science-fiction, du fantastique et même parfois de l’horreur. Réalité virtuelle, manipulation génétique, rapport à la mort… En anticipant le futur, ces auteurs nous permettent d’ores et déjà de questionner le présent.

Elena Broch, Le Métro

La croisée des mots

Regardez la Croisée des mots avec Sylvie Bérard!

Si vous avez manqué La croisée des mots du 14 octobre, organisée par l’AAOF-Association des auteures et auteures de l’Ontario français et animée par Hugues Beaudoin Dumouchel en direct sur Facebook, vous pouvez vous rattraper! (Si le lien ne fonctionne pas directement, cliquez ici.)

écrit des histoires

Poésie littérale et science-fiction métaphorique

Participe présent, no 79 (été 2020).

Dans le plus récent numéro de Participe présent, magazine de l’AAOF-Association des auteures et auteurs de l’Ontario français, consacré à la littérature de genre franco-ontarienne, j’ai publié une réflexion où je mets en vis-à-vis l’écriture de science-fiction et la poésie. La voici ci-dessous. Le numéro complet se trouve sur le site de l’AAOF.

Sylvie-Berard-Poesie-litterale-et-science-fiction-metaphorique-PPresent-79-ete-2020

Nous vivons une époque extraordinaire

Dans Extra(Ordinary) People, mon livre préféré de Joanna Russ, entre chaque chapitre ou nouvelle (c’est un quasi-roman composé d’un collage de récits), un personnage demande si c’est ainsi que le monde a été sauvé. Et la narratrice enchaîne avec le prochain récit. À la fin du dernier récit (je cite de mémoire parce que je n’ai pas le livre avec moi, et arrêtez de lire si vous aimez vous garder les punchs), la question est posée une dernière fois et l’autre répond: «Qu’est-ce qui te dit que le monde a été sauvé?»

Ces jours-ci, quand je regarde et lis les nouvelles, je suis plus proche de cette dernière question rhétorique que du questionnement préalable…